oublies

Un an plus tard, les anciens habitants de l’immeuble dévasté par l’intervention du Raid lors de la traque des djihadistes du 13 novembre demandent à bénéficier, eux aussi, du statut de victimes du terrorisme.

Des blessés par balles, des logements dévastés, des visions d’horreur qui les hantent encore aujourd’hui… Un an après l’assaut du Raid sur l’appartement de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) où s’étaient réfugiés deux djihadistes du 13 novembre, plusieurs anciens habitants de cet immeuble continuent de réclamer justice. À commencer par être reconnus, à leur tour, comme victimes du terrorisme. « On est devenu malade avec tout ça. On y pense beaucoup, surtout à l’approche du 18 », assure Noureddine Touil, un Marocain qui habitait au quatrième étage et a pris une balle dans le bras.